Photo montage d'un téléphone portable déballé qui montre l'article sur le lifting de la Gazette et une image d'une femme qui se fait lifté
Photomontage BIC | Brazil, Terry Gilliam, 1985
Communication

Lifting de «La Gazette»

La 300e édition de «La Gazette» inaugure un nouveau format en ligne, plus souple, plus agréable à lire. Le média de la fonction publique vous proposera des textes plus concis, des contenus visuels mieux mis en valeur. À 23 ans, «La Gazette» a évolué, passant du papier à l’écran, du noir et blanc à la couleur. Mais ses missions d’origine (informer, partager, relier) demeurent.

Photomontage BIC | Brazil, Terry Gilliam, 1985
3 minutes de lecturePublié le 27 Feb 2020

Il y a 23 ans paraissait la première Gazette. Dans un contexte budgétaire difficile, le but était en premier lieu de communiquer sur les grandes démarches d’économies dans la fonction publique vaudoise, à l’attention de l’ensemble du personnel de l’État. De là est née ensuite la nécessité de communiquer de manière plus large et régulière les thèmes communs à l’administration.  

Améliorer la communication interne

En 1997, les ambitions de La Gazette sont claires : améliorer la communication interne et faire connaître les idées, les expériences et les questions des collaborateurs. Porteur d’informations de fond, le journal présente notamment les politiques budgétaires, mais également le «bulletin des postes vacants», ou encore les décisions du Conseil d’État «de la quinzaine», qui en dictent le rythme de parution.

Le journal, alors distribué sur la place de travail, a connu de légères modifications graphiques en juillet 2009. Mais ce n’est qu’à partir d’avril 2014 que La Gazette est dématérialisée et envoyée sous forme électronique. «Le virage numérique opéré il y a quelques années n’était pas dû à des considérations économiques, mais au souci d’une plus grande efficacité dans la transmission des informations et d’une audience plus large», rappelle Vincent Grandjean, chancelier de l’État de Vaud.

Une Gazette plus humaine

Le «bulletin des postes vacants» et les petites annonces sont aujourd’hui également dématérialisés. Délestée de cet aspect logistique, paraissant dix fois par an, La Gazette actuelle s’intéresse aux personnes et se veut ouverte aux propositions de sujets. Les articles font valoir l’originalité d’un métier ou d’une passion. Ils reflètent la diversité des métiers de l’État. Pour Filip Grund, chef du Service du personnel de l’État de Vaud, «la nouvelle Gazette gagnera ses lettres de noblesse quand elle contribuera à forger un sentiment d’appartenance, et lorsque chacune et chacun se reconnaîtra dans son employeur, l'État de Vaud».

«La nouvelle Gazette gagnera ses lettres de noblesse quand elle contribuera à forger un sentiment d’appartenance, et lorsque chacune et chacun se reconnaîtra dans son employeur, l’État de Vaud»

Filip GrundChef du personnel de l'Etat de Vaud

«La Gazette évolue avec son temps ! Elle doit proposer un contenu diversifié dans des formats courts et interactifs, et utiliser les nouvelles technologies pour s’adapter aux habitudes de lecture de notre société contemporaine», témoigne de son côté Patrick Amaru, à la tête de la Direction générale du numérique et des systèmes d’information.

«La Gazette évolue avec son temps! Elle doit proposer un contenu diversifié dans des formats courts et interactifs, et utiliser les nouvelles technologies pour s’adapter aux habitudes de lecture de notre société contemporaine»

Patrick AmaruDirecteur général du numérique et des systèmes de l’information

La Gazette d’aujourd’hui est en réalité un site d’information interne en ligne, aisément lisible sur tout type d’écran et accessible à tout public. Le relooking de La Gazette a été conçu en interne . Vincent Grandjean souligne «l’importance de la qualité du contenu sur lequel il n’y a pas lieu de transiger, quel que fût et quel que soit le support. Et cette qualité restera liée à un traitement professionnel et à une approche journalistique.» (EE)

Un mot de la Présidente du Conseil d’État, Nuria Gorrite

Pour sa 300e édition, La Gazette innove. Après avoir réussi avec succès sa transition numérique en 2014, elle sera désormais disponible sur de nombreux supports informatiques. Avec sa lecture facilitée, c’est un lien indispensable entre collaboratrices et collaborateurs de l’État qui se renforce.

La communication innove, l’État innove, mais derrière les transformations numériques notre volonté reste la même : permettre à chacune et chacun de trouver sa place au sein de notre grande administration.

Les journalistes de La Gazette ont à cœur de vous permettre – de nous permettre – de découvrir les multiples métiers, fonctions et tâches qui constituent notre service public. Plus que les métiers d’ailleurs, ce journal présente aussi vos passions, vos compétences et vos talents que vous mobilisez dans votre travail et dans la société.

Et ainsi La Gazette met en valeur la véritable richesse de notre État : les femmes et les hommes qui la composent, qui s’impliquent et qui excellent. Voilà une contribution dont nous pouvons être fiers.

Au nom du Conseil d’État, je remercie et félicite celles et ceux qui font évoluer et vivre notre Gazette. À toutes et à tous, j’en souhaite une agréable lecture !

 

Nuria Gorrite

Présidente du Conseil d’État

Nuria Gorrite en train de lire le nouveau format de «La Gazette»

L'avis des apprentis de l'État de Vaud

Les apprentis de l’État de Vaud interrogés sont unanimes sur la modernité de la nouvelle Gazette. Bien que tous ne la lisent pas régulièrement, le nouveau format «épuré» et «visuellement plus attrayant» séduit ces jeunes.

«L’ancien design de La Gazette ne mettait pas assez en valeur les sujets» estime Marion Giroud, apprentie interactive media designer au Bureau d’information et communication de l’État de Vaud (BIC), où s’élabore ce média, «La nouvelle version est très moderne et les contenus multimédias ont une place plus importante, ce qui la rend plus dynamique».

Son collègue apprenti Lucien Christe a travaillé sur la newsletter (soit la forme du courriel de diffusion) qui accompagne le lancement de cette nouvelle Gazette. «La nouvelle identité graphique est plus agréable à la vue», juge-t-il. Les reportages et le fait de mettre en lumière des métiers ou activités de l’État intéressent le jeune public.

Tony Stio, apprenti employé de commerce au Département de la formation, de la jeunesse et de la culture, qualifie La Gazette de «bonne source d’information» pour savoir ce qui se passe au sein de l’État. Il émet toutefois le souhait de voir le média s’ouvrir davantage aux sujets qui touchent les jeunes adultes.

Une image composée des 5 apprentis qui ont donné leur avis sur la GazetteLes apprenti·e·s interviewé·e·s: Luca Sennwald (apprenti dessinateur en génie civil au DIRH), Selmeta Korenica (apprentie géomaticienne au DIRH), Marion Giroud (apprentie interactive media designer au BIC), Tony Stio (apprenti employé de commerce au DFJC), Lucien Christe (apprenti interactive media designer au BIC)

Continuez votre lecture