Photo de la distinction du Mérite cantonal réalisée en verre vert et blanc torsadé
La distinction du Mérite cantonal a été créée par Alexis Georgacopoulos, directeur de l'ECAL, et réalisée par un jeune verrier installé aujourd'hui à Bâle | Photo BIC: FA
Culture

Zoom sur la décoration du Mérite cantonal

Le 20 novembre 2019, le Conseil d'État a remis le Mérite cantonal vaudois à quatre personnalités qui ont contribué au rayonnement du canton. Vincent Grandjean, chancelier d'État, répond à nos questions sur cette distinction. Alexis Georgacopoulos, créateur de la décoration remise aux lauréats, explique les étapes de son processus de création.

La distinction du Mérite cantonal a été créée par Alexis Georgacopoulos, directeur de l'ECAL, et réalisée par un jeune verrier installé aujourd'hui à Bâle | Photo BIC: FA
2 minutes de lecturePublié le 27 Feb 2020

En 2019, quatre personnalités ont reçu le Mérite cantonal vaudois. Il s'agit de Gil Roman, directeur du Béjart Ballet Lausanne, Martine Monnat, médecin de rue, Jérôme Aké Béda, grand sommelier et maître d'hôtel, et Vera Michalski-Hoffmann, fondatrice de plusieurs maisons d'édition et mécène culturelle.

Cette distinction officielle honore toute personne dont l'activité rejaillit sur le canton de Vaud dans une mesure exceptionnelle et contribue ainsi de façon significative au rayonnement de ce dernier. (EA)

Le Mérite en trois questions

Vincent Grandjean, chancelier d'État, répond à nos questions et permet de mieux comprendre la portée de cette distinction.

Sur quelles bases le choix des attributions se fait-il ?

Vincent Grandjean: le Conseil d'État choisit lui-même les personnalités qu'il souhaite distinguer. Le Mérite vaudois a été conçu pour récompenser des personnalités non pas sur la base de leur notoriété, mais de leur participation au rayonnement du canton. Il n'y a pas de domaine privilégié. Le champ est très large, comme le montre le côté hétéroclite de la dernière volée, composée de personnalités du monde de la culture, de la santé et de l’hôtellerie.

Que reçoivent concrètement les lauréats ?

Vincent Grandjean: il s'agit d'abord d'une reconnaissance honorifique, accompagnée d'un diplôme, d'une décoration (lire ci-dessous) ainsi que d'une somme de 5000 francs à remettre à l'institution de leur choix.

Comment ce prix est-il perçu par les récipiendaires ?

Vincent Grandjean: le Mérite vaudois représente une reconnaissance de la collectivité et du lieu dans lequel on vit. Il procure à ce titre une émotion différente selon les récipiendaires.

Une décoration précieuse et intemporelle

Alexis Georgacopoulos, directeur de l'ECAL, a dessiné la décoration qui accompagne le Mérite cantonal en 2010. Il raconte le processus de création.

"J'ai souhaité donner un côté précieux et intemporel à cette décoration, avec un matériau qui ne s'altère pas avec le temps et qui offre des couleurs et une brillance toujours vives. Le choix du verre me sembla alors une évidence. De plus, il est rare de voir ce type d'objet réalisé dans cette matière.

Après plusieurs essais, avec différentes formes, différentes proportions, j'ai opté pour deux spirales entrelacées, symbolisant à la fois une unité et des liens forts, mais également l'évolution, le mouvement perpétuel. Les deux couleurs, le blanc et le vert représentent bien sûr le canton de Vaud."

Pour la production, Alexis Georgacopoulos a fait appel à un jeune verrier installé aujourd'hui à Bâle et qui a su réaliser avec finesse ses intentions. (EA)

Alexis Georgacopoulos, directeur de l'ECAL [Photo ECAL/Younès Klouche]Alexis Georgacopoulos, directeur de l'ECAL [Photo ECAL/Younès Klouche]

Continuez votre lecture