Baptiste Rossier joue avec son pantalon d'avant son opération
Cinq ans après son intervention, Baptiste Rossier a dû se réapproprier son corps… et renouveler sa garde-robe! | Photo: Yves Claude
Collègue passioné·e

Baptiste Rossier: dans les coulisses d’une renaissance

C’est au tribunal d’arrondissement de la Côte que Baptiste Rossier, 45 ans, officie depuis 2003. À la suite de la pose d’un by-pass gastrique, l’huissier en chef se livre sur son expérience lors d’un one-man–show qui affiche déjà complet. Rencontre avec un homme aux multiples facettes.

Cinq ans après son intervention, Baptiste Rossier a dû se réapproprier son corps… et renouveler sa garde-robe! | Photo: Yves Claude
3 minutes de lecturePublié le 27 Feb 2020

Baptiste Rossier a grandi en riant aux vannes de Coluche et Raymond Devos. Aujourd’hui, c’est lui qui monte sur scène, cinq ans après son intervention, pour raconter avec humour son parcours et sa perte de poids.

Ce n’était pas un choix esthétique

Suite à la pose d’un by-pass gastrique, l’huissier de l’État de Vaud est passé de 136 à 75kg en une année. Des apnées du sommeil contraignantes l’ont mené à accepter cette intervention proposée par un spécialiste de l’obésité, à l’orée de ses 40 ans. Son poids s’expliquait notamment par le manque d’enzymes dans son corps, lui permettant de réguler son alimentation. Le by-pass a pour lui une double fonction: perdre du poids, mais également produire la protéine manquante (catalyseur).

Se réapproprier son image

Baptiste Rossier compare son vécu à une renaissance ; il faut se réapproprier un «nouveau» corps, et s’adapter à un nouveau style de vie. Les aliments sont à redécouvrir, et la garde-robe à renouveler. Lors de son shopping, l’huissier en chef s’est parfois retrouvé perdu entre sa taille de vêtement habituelle et celle qu’il devait désormais acheter. «Je ne me reconnaissais pas. Lorsque je passais devant un miroir, c’était régulièrement un choc». L’ancien DJ évoque aussi une forme de libération: «Avant, mon corps prenait beaucoup de place, alors j’essayais de me faire petit».

Un spectacle sans paillettes

À l’approche des représentations, Baptiste Rossier a pratiquement terminé ses textes. Son one-man-show est finalement le fruit de plusieurs années où il partageait son expérience avec d’autres personnes susceptibles de se faire opérer. En tant que «témoin», il racontait avec humour son vécu et recevait de bons échos de la part des auditeurs. «Je ne suis pas là pour faire l’apologie de cette opération ou être un ambassadeur de mon chirurgien. Je cherche simplement à raconter mon expérience, si cela peut aider quelqu’un. Mieux vaut en rire!»

«Je pensais remplir la salle avec quelques amis, mais j’ai été pris par mon succès. Même mes médecins vont venir me voir.»

Baptiste Rossier

Des dates supplémentaires

C’est sans artifice et sans accessoire que Baptiste Rossier se livre dans une version 1.0 de son spectacle qui a le goût d’une thérapie et d’une revanche personnelle, à ses yeux. «Je pensais remplir la salle avec quelques amis, mais j’ai été pris par mon succès. Même mes médecins vont venir me voir.» L’humoriste a même dû rajouter quelques dates supplémentaires. Des places sont encore disponibles le 19 mars. (ee)

Informations sur le site de Baptiste Rossier

http://baptisterossier.com/#home

Bio express

  • Naissance à Lausanne le 4 septembre 1974
  • Il a fait une formation commerciale, un complément de formation en tant qu’infographiste, puis DJ professionnel durant deux ans
  • Sa maman travaillait à la justice de paix. C’est par ce biais qu’il a découvert ce métier
  • Huissier au Tribunal de la Côte dès 2003, puis huissier en chef
  • Pose du by-pass : le 2 février 2015

Continuez votre lecture